À la croix, Jésus met ses propres paroles en pratique

Lorsqu’on a cloué Jésus sur la croix, son corps n’était plus qu’une masse sanglante. 66 Il avait sué du sang. On L’avait frappé au visage avec un bâton. On Lui avait arraché les poils de la barbe. Les coups avaient déchiqueté la peau de son dos. Les épines acérées avaient pénétré son cuir chevelu. Saignant de la tête, du dos, des mains et des pieds, Jésus est si blessé que certains ne peuvent plus continuer à Le regarder et qu’ils détournent la tête. Sa propre mère ne Le reconnaîtrait même plus :

« Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui de qui on se détourne, il était méprisé, nous ne l’avons pas estimé. En fait, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’était chargé ; (…). Or il était transpercé à cause de nos transgressions, écrasé à cause de nos fautes ; la correction qui nous vaut la paix est tombée sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous avons été guéris. » 67

À la croix, Jésus met ses propres paroles en pratique : « Le plus grand amour que quelqu’un puisse montrer, c’est de donner sa vie pour ses amis. » 68 En mourant pour vous sur la croix, Jésus vous offre son amitié. Regardez Jésus et voyez l’amour que Dieu vous porte. Jésus pend à la croix à cause de l’amour indescriptible de Dieu. Jean – qui se tient aux côtés de Marie, au pied de la croix – écrira plus tard, à ce sujet : « Voici comment Dieu a manifesté son amour pour nous : il a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous ayons la vraie vie par lui. Et l’amour consiste en ceci : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés. » 69

Page précédente Page suivante
Voir toutes les illustrations

adminAan het kruis maakt Jezus zijn eigen woorden waar