Une lance dans son côté

Jésus meurt sur la croix, le vendredi 7 avril 30 ap. J.C. aux environs de 15 heures. Le grand sabbat de la fête de Pâque commencera à 18 heures et avant cela, les corps des crucifiés doivent être enlevés des croix. Certains membres du sanhédrin se sont rendus auprès de Pilate pour lui demander de mettre un terme à la crucifixion, en brisant les jambes des condamnés juste au-dessous du genou avec une barre de fer, appelée crurifragium (‘le briseur de jambes’). La mort suivait généralement dans le quart d’heure, le condamné ne pouvant plus se tenir sur ses pieds pour soulager ses bras. Dans l’incapacité de respirer suffisamment, il mourait asphyxié.

‘Les soldats brisent les jambes des deux brigands qui meurent par asphyxie. Ceci n’est pas nécessaire pour Jésus. Il est déjà mort. Un des soldats transperce tout de même le côté de Jésus avec une lance. Aussitôt, du sang et de l’eau s’en écoulent. En cet instant a lieu ce qui a été prédit des années plus tôt:

‘Il garde tous ses os, aucun d’eux ne sera brisé.’ 77

‘Ils tourneront les regards vers moi – celui qu’ils ont transpercé’. 78

Pourquoi le soldat romain transperça-t-il le corps de Jésus avec sa lance ? Pourquoi Le transpercer une fois de plus alors qu’Il était déjà mort ? À quoi cela était-il bon ? Tout comme la flagellation et le couronnement avec la couronne d’épines, le fait de Lui transpercer le côté n’est pas le fruit du hasard. Par ces actes prophétiques, le grand Régisseur veut nous montrer clairement ce que signifie le miracle de la croix. Votre ancienne nature est morte au moment même où la lance a perçé le côté de Jésus. Le sang de Jésus vous délivre de tous vos péchés. La croix vous libère de votre nature pécheresse. Jésus n’en a pas seulement fini avec vos péchés, mais également avec votre nature pécheresse. Et ceci est un miracle extraordinaire !

Page précédente Page suivante
Voir toutes les illustrations

adminEen speer in zijn zij